mercredi 22 octobre 2014

Le militaire pulls the audience into a troubling downward spiral of paranoia

Every day, Bertrand scrupulously monitors his blood sugar level and blood pressure. Every day, he meticulously irons the white shirt he wears with his black suit. Every day, he breakfasts on fried egg yolks and sliced white bread. And every day, he briefly ventures out with his camera, photographing random young women to compile his fake memories. One day, he even offers one of them $500 for her coat. Since returning from Afghanistan with a leg injury, this French-born former soldier has had trouble coming to grips with reality and overcoming his loneliness. On the heels of SUR LA TRACE D'IGOR RIZZI and THE KATE LOGAN AFFAIR, Noël Mitrani once again works with his favourite actor, Laurent Lucas, casting him in a complex, murky role as a soldier adrift. Inhabiting every shot with his undeniable presence, he’s the vulnerable and elusive backbone of this minimalist psychological thriller. An entirely independent production shot guerrilla-style in two weeks on the streets of Montréal in Super 16, Le militaire pulls the audience into a troubling downward spiral of paranoia.
– Helen Faradji
https://www.festivalscope.com/film/the-military-man#%2Ffilm%2Fthe-military-man%2Fmain

Los efec­tos de la gue­rra

Los efec­tos de la gue­rra en la esta­bi­li­dad men­tal de quie­nes par­ti­ci­pan en la misma que­dan refle­ja­dos en Le Mili­taire (Canadá) de Noél Mitrani. Con una pul­cra narra­ción mini­ma­lista, Lau­rent Lucas es prác­ti­ca­mente el único per­so­naje de una his­to­ria que lo mues­tra carac­te­ri­zando a un ex mili­tar fran­cés que des­pués de su par­ti­ci­pa­ción en el con­flicto bélico de Afga­nis­tán, ade­más de haber que­dado par­cial­mente dis­ca­pa­ci­tado, se encuen­tra emo­cio­nal­mente per­tur­bado. Lucas trans­mite cabal­mente la psi­co­lo­gía de este per­so­naje cuya vida dia­ria está ali­men­tada por fre­cuen­tes deli­rios y en donde su efí­mero con­tacto social se pro­duce al inter­ac­tuar con una chica a quien encuen­tra en un par­que. En este film inquie­tante y de esca­sos diá­lo­gos Mitrani logra que sus imá­ge­nes expre­sen por sí solas el drama de un indi­vi­duo impo­si­bi­li­tado de reanu­dar una exis­ten­cia nor­mal por los trau­má­ti­cos acon­te­ci­mien­tos expe­ri­men­ta­dos en el pasado.
Cró­nica de Jorge Gut­man
http://tribunacultural.com/2014/10/20/evaluacion-del-festival-du-nouveau-cinema/

mardi 21 octobre 2014

Le militaire : Le retour à la vie

Le réalisateur Franco-Canadien Noël Mitrani présentait à l’occasion du Festival du Nouveau Cinéma de Montréal son dernier long-métrage « Le Militaire » qui avait été tourné quelques temps plus tôt à la métropole Québécoise. Ce drame nous immerge dans la vie d’un ex-militaire revenu d’Afghanistan et qui souffre du syndrome post-traumatique que vivent les anciens combattants. Le militaire est ainsi tiraillé par sa volonté de vivre et sa souffrance psychologique qui le conduit à consommer quotidiennement des médicaments. Il a beaucoup de difficulté à accepter ce qu’il est devenu et à admettre sa réalité présente. Laurent Lucas, qui interprète le rôle du militaire dans ce thriller est plein de vulnérabilité dans son jeu d’acteur et marque sa présence sur l’écran aux cotés de Noémie Godin-Vigneau, qui transperce l’écran avec sa fragilité et sa sensibilité.

Carole Dumont (L’initiative)

http://linitiative.ca/2014/10/20/le-militaire-le-retour-a-la-vie/

mercredi 15 octobre 2014

Laurent Lucas est d’une intensité hallucinante

mardi 14 octobre 2014

Cinéfilic : Entrevue avec Noël Mitrani (Le militaire)

FNC 2014: Entrevue avec Noël Mitrani (Le militaire)

 

À quelques jours de la présentation de son dernier film au FNC, nous avons eu le grand plaisir de nous entretenir avec Noël Mitrani. Ce fut pour nous l’occasion de parler de son travail sur Le militaire, mais aussi de super 16, de la difficulté de distribuer des films indépendants et du système des subventions au Québec!


Le militaire va être projeté à l’occasion du prochain FNC. Pouvez-nous vous présenter brièvement le film ?

Au départ, le principe était de faire un film avec Laurent Lucas, et de faire la description d’un personnage la plus précise possible, en disant tout ce que le personnage avait besoin d’exprimer. J’ai voulu faire un travail extrêmement sincère. Je l’ai coproduit avec le directeur photo Bruno Philip, et étant producteur, j’ai pu avoir un contrôle total sur le contenu. C’était très important pour moi de voir jusqu’où je pouvais aller dans l’écriture d’un film pour lequel je n’avais pas de contraintes financières et pas la nécessité de devoir convaincre des commanditaires ou des financiers. C’est très important au niveau créatif, car ça permet de ressentir une bouffée d’air frais, ce dont j’avais vraiment besoin. D’un point de vue artistique, j’avais ce personnage qui me trottait dans la tête, un personnage de militaire qui boitait. J’aime bien travailler sur des personnages qui ont vécu quelque chose de fort et qui sont en prise avec leur passé. 

Vous parliez de liberté artistique… concrètement, comment ça s’est traduit dans ce film?

Ça s’est traduit par un scénario de 35 ou 40 pages au lieu d’un scénario de 120 pages. Il n’y avait que les descriptions élémentaires de chaque scène. J’ai donné la première version à Laurent qui l’a lue, qui m’a fait quelques commentaires très intéressants, et très rapidement, j’ai compris que le film allait exister à la réalisation. Ça a été déterminant car je savais en commençant le tournage que le scénario était abouti dans ses intentions, mais pas abouti dans son extension, c’est-à-dire dans son écriture. Il manquait des maillons et je savais que je trouverais ces maillons au tournage, au fur et à mesure. Rien n’est plus précieux que d’avoir filmé une scène et d’avoir vu ce qu’on a fait, car ça permet de préciser certaines intentions. Avec Laurent, on a fait un travail extraordinaire à ce moment-là. Tous les matins je me levais à 5 heures du matin et j'écrivais deux ou trois scènes qui me semblaient importantes à insérer dans le film. J’avais un plan de travail qui me faisait finir vers 3 heures de l’après-midi, et il nous restait 2 heures pour filmer les scènes additionnelles écrites le matin. C’est extraordinaire de pouvoir travailler comme ça. Si on travaille avec des gens qui vous donnent de l’argent, c’est totalement impossible. Ce n’est pas de l’improvisation, mais de l’adaptation… c’est presque de la sculpture ou de la peinture: on ajoute les touches nécessaires au fur et à mesure. 

Et quelle a été la part de Laurent Lucas dans le processus? Les dialogues étaient écrits intégralement? Vous lui laissiez une liberté?

Les dialogues sont écrits et respectés à 95%. Laurent a vraiment appris ses dialogues par cœur. Par contre, pour les scènes additionnelles, je disais à Laurent: «on va tourner deux ou trois scènes ce soir, mais je t’en parlerai 10 minutes avant de les tourner». Quand il y avait un petit dialogue, il pouvait travailler très vite, et il les apprenait pendant qu’on faisait la mise en place. L’idée du film, c’était de filmer chaque scène une seule fois, ce que nous avons vraiment respecté. Le but, c’est de considérer que les situation ne se présentent qu’une fois, et que nous allions les filmer. C’est en ça qu’il y a une valeur documentaire. Souvent, on pense que le documentaire consiste à faire bouger la caméra qu’on tient sur l’épaule, mais ce n’est pas ça. Le documentaire, c’est «la situation ne se présente qu’une fois». Il y a des personnes qui s’expriment, qui sont dans leurs vies, on les suit avec une caméra… et les choses ne se présentent qu’une fois! C’est ce qu’on a fait! Pour s’autoriser ce genre de chose, il faut vraiment un acteur de haut niveau… mais Laurent a cette capacité de jouer juste du premier coup et d’aller directement à l'essentiel en étant sobre. Avec un acteur moyen, je n’aurais jamais pu faire ça. C’était très fort car chaque scène était tournée en plan séquence, en 45 minutes, dans une stratégie documentaire: on ne peut pas découper dans un documentaire. On ne dit pas à quelqu’un qui est en train de parler «Attends, on coupe et on va continuer en gros plan!» Il parle, et on le filme! C’est exactement ce qu’on a fait. À ce niveau là, il y avait presque quelque chose de médical. On a traité le personnage comme un homme malade et on l’a filmé en phase de souffrance. 

Et si le point de départ est de faire seulement une prise et de s’y tenir… est-ce qu’il vous est arrivé de vous dire «hier, on a fait une scène pas terrible, on va plutôt essayer d’en faire une autre, qui peut aller dans la même direction, mais différemment»? 

On a presque fait ça. En fait, il y a les scènes que j’ai écrites et qu’on a ajoutées au fur et à mesure, et il y a les scènes initialement prévues, mais que nous n'avons finalement pas tournées car je considérais qu’elles n’étaient pas assez pertinentes et qu’on avait d’autres moyens de filmer la même chose, mais de manière plus forte, dans un autre contexte, avec d’autres éléments en jeu. Ça a été passionnant car on a pu peaufiner les scènes. J’en ai pratiquement autant retirées que crées. J’ai fait un travail d’ajustement. Quand on dit que le film est un travail artisanal, ça me fait rigoler. Si le film coûte plusieurs millions de dollars, ce n’est pas possible! Avec une équipe de 100 personnes, on ne peut pas faire un travail artisanal. Un travail artisanal, c’est un travail d’ajustement. Dans toute carrière de réalisateur, on a tous ce fantasme de le faire au moins une fois, et je ne suis pas loin de l’avoir fait deux fois, car je l’ai fait aussi sur mon premier film (Sur la trace d'Igor Rizzi, ndlr), mais je n’avais pas la même expérience à l’époque. Cette fois, j’ai pu en profiter de façon plus aboutie et plus mûre. J’ai pu travailler les matériaux de façon plus précise. C’était très agréable à ce niveau-là. 

Vous voyez ça comme une expérience?

Complètement! 

Vous auriez envie de la retenter, éventuellement pour votre prochain film, ou avez-vous au contraire envie de retourner à un cinéma plus classique dans sa conception?

Non, il s’est passé quelque chose dans ma tête, et je pense que je ne reviendrai plus en arrière parce que je me suis trouvé. Je me suis trouvé sur le plan artistique, je me suis trouvé en tant que réalisateur. Jusqu’à présent, j’avais fait des choses au feeling, mais je ne les avais pas élaborées dans ma tête. En fait, mon prochain film sera plus élaboré dans le sens où il aura plus d’acteurs, plus de situations de jeu, il faudra un peu plus d’argent, mais je le filmerai de la même façon, c’est à dire en super 16mm, caméra à la main, et en plans séquences. Je vais essayer le plus possible de travailler de la même façon avec les acteurs. S’ils sont bien choisis, on va pouvoir se le permettre. 

Par contre, pour celui-là, vous n’aviez pas de subventions. Pour le prochain, pourriez-vous essayer d’en avoir?

Oui, je vais essayer. 

Le scénario sera donc quand même plus étoffé?

Oui. J’ai pris confiance en moi par rapport à ça. Je suis en train de rédiger un scénario qui fera plus de 100 pages, qui sera dialogué, avec des indications très précises. Mais je vais quand même le faire sous une forme de film d’auteur, c’est à dire en indépendant, avec peu d’argent… idéalement 1,5 ou 2 millions à tout casser… pas plus, et je vais essayer de travailler de la même façon. 

Toujours en super 16 donc...

J’adore le super 16. Le support est tellement riche, fort… et il correspond à ce que je cherche à dire. Si je tournais avec une Red ou une caméra numérique (ce que je n’ai d’ailleurs jamais fait)... Je ne sais même pas si je sais travailler en numérique en fait! Je crois que je paniquerais, car j’ai besoin de ce moment fatidique, j'ai besoin de savoir que la caméra tourne avec de la pellicule à l’intérieur! En plus, je serai très déprimé au rush. Déjà, en film, c’est déprimant, mais en numérique, on a vraiment l’impression d’avoir tourné avec son téléphone. J’ai très peur de ça. Si je peux continuer à tourner en film, je vais me battre pour ça. 

Ça fait penser à ce que vous disiez sur votre façon de tourner: seulement une prise. Quand on tourne en film, chaque prise coûte de l’argent. La facilité, mais aussi le danger en numérique, c’est qu’on peu faire quinze prises…

Il n’y a pas ce côté sacré dans le numérique. Pour moi la pellicule c’est sacré. Avec la pellicule, il y a nous, il y a ce qu’on fait, il y a ce qu’on filme… mais il y a aussi ce que la pellicule décide de faire. C’est un matériau vivant, c’est de la chimie. C’est pour ça qu’on a une relation si organique avec le film. C’est de la chimie, ce n’est pas des 1 et des 0. Notre œil est hypnotisé par ça. Il se passe quelque chose quand on regarde le film. Il y a quelque chose d’aléatoire dans le déplacement de l’argentique sur l’image. Ça n’a rien à voir avec le numérique qui est très stable et qui est d’ailleurs de plus en plus stable. Les films numériques me dépriment… 

Mais ils le sont presque tous maintenant…

Oui… je suis assez navré de voir que si peu de réalisateurs se battent pour ça, car il y a quelque chose dans la pellicule qui participe au cinéma. Je ne veux pas jouer les vieux ringard un peu grincheux, mais j’ai l’impression qu’avec la pellicule, on faisait du cinéma alors qu’avec du numérique on fait de l’image. Je me trompe parfois… mais uniquement pour les chefs d’œuvres! 

Dans les scènes de dialogues, je comprends ce que vous dites et cette notion de danger, mais le numérique peut avoir un avantage. Cela peut aider à capter un instant d’errance d’un personnage pendant lequel la caméra peut tourner longtemps, sans savoir si le plan va être utilisé ou si on ne va en utiliser que 10 secondes.

Mais ça, on le fait avec le film également. 

Mais c'est très coûteux…

C'est très coûteux, mais il s’agit d’une façon de penser le film… et il faut le faire à la base. (...) La nouvelle génération qui tourne en numérique est née avec ça, et sait s’en servir. Je ne dis pas que je ne pourrai pas m’adapter, mais j’appartiens à une génération un peu charnière et je m’accroche encore au film car je suis convaincu que Le militaire a besoin de le densité de la pellicule. Sinon, la matière ne serait pas là, la profondeur ne serait pas là… elle manquerait. 

Après sa conception, parlons maintenant de la vie du film, une fois terminé. Vous l’avez fait tout seul… Il a été fait sans le financement des institutions…

Il a été fait avec le directeur photo, Bruno Philip. Sans lui, je n’aurais pas pu le faire sous cette forme. Mais nous sommes des amis et nous avons collaboré ensemble. 

Mais il n’a pas reçu de subventions… c’est donc beaucoup plus dur de trouver un distributeur.

C’est très difficile. 

D'ailleurs, vous n’en avez pas!

Ce n’est pas difficile pour la raison à laquelle je pensais! La qualité du film intéresse les gens. Certains sont prêts à le prendre en VOD. Un distributeur est très intéressé… mais quand on fait un projet de film en dehors des institutions, ça veut dire qu’on n’a pas fait embarquer un distributeur dès l’origine du projet. Ça veut dire qu’il ne gagne pas d’argent! En gros, distribuer un film au Québec veut dire ne pas gagner d’argent, sauf avec des subventions de l’État! Comme nous n’avons pas de subventions, les distributeurs ne savent pas comment gagner de l’argent. Ils tournent en rond et n’arrivent pas à se décider. C’est ça qui est grave. Il ne suffit pas de faire un bon film pour pouvoir impliquer un distributeur… mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas y arriver! Je vais donner un détail: on a fait le film par nous-mêmes, et maintenant les distributeurs et chaines de télé nous demandent un document qui s’appelle “erreurs et omissions”. Ça vaut 8000 dollars et on doit le fournir au cas où qui que ce soit attaquerait le film pour une raison ou pour une autre (parce qu’une personne se reconnaît en train de passer par exemple). Ça ne va pas pas arriver dans le film car c’est très minimaliste, mais ce document vaut 8000 dollars. C’est énorme à l'échelle du film. Ces petits détails deviennent de véritables obstacles pour le cinéma indépendant. 

Du coup, Le militaire, en dehors du FNC et probablement des Rendez-vous du cinéma québécois, sera-t-il visible en salle ou ailleurs?

J’en suis sûr… mais sa distribution sera aussi atypique que sa production. Quand on fait des choses hors système, c’est très compliqué de les faire rentrer dans le système! C’est comme faire rentrer le dentifrice dans le tube! Il faut qu’on se batte, ce qui consiste à explorer la question jusqu’à trouver la faille. Et il y a des failles: ce sont des gens prêts à s’impliquer sans chercher à vouloir gagner vraiment de l’argent, ce sont des aides auxquelles on n’a pas pensé, ce sont des soutiens que l’on peut travailler en allant rencontrer les gens, en leur montrant que le film a un intérêt. Par exemple, nous sommes en ce moment à la Cinémathèque… je suis sûre qu’elle pourrait proposer de le projeter. On peut aller à Québec, à Sherbrooke, dans le reste du Canada car le film est sous-titré… J’aimerais bien le présenter à Toronto un jour. Quand on est confiant dans notre film, il n’y a pas de raison de ne pas y parvenir… mais c’est un gros travail!

C’est bon aussi de se dire que faire un film, c’est dépenser de l’argent pour faire ce que l’on croit être bon… sans forcément en avoir en retour! Mais on ne peut pas faire sa toute sa carrière, pour tous ses films…

On ne peut pas faire ça toute sa carrière, mais j’ai fait ça avec mes courts métrages en France. J’en produisais un et me faisais produire le suivant. C’est très important: c’est quand je me produis moi même que je me trouve en tant que réalisateur car j’ai les marges de manœuvre nécessaires pour pouvoir avancer artistiquement. Après Kate Logan, j’avais vraiment besoin d’expérimenter un film indépendant. 

Ces expérimentions peuvent vous aider par la suite pour vos travaux plus classiques? Elles vous permettent d’apprendre?

Bien sûr. Justement, je vais injecter dans mon prochain projet toutes les choses que j’ai expérimentées. D’ailleurs, Le militaire n’est pas un film expérimental… et j’ai aimé ce que vous avez dit tout à l’heure: C’est un film d’expérience! Ce n’est surtout pas du cinéma expérimental, dont je ne suis pas adepte. Je veux raconter des histoires et décrire des personnages. Mais j’ai franchi un cap énorme avec Le militaire et je vais injecter ces connaissances dans un film pour lequel j’irai chercher de l’argent. Le prochain film devrait être vraiment beaucoup plus abouti que tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. Je vais faire un mélange argent et art! 

Entrevue réalisée par Jean-Marie Lanlo à Montréal le 29 septembre 2014 

http://www.cinefilic.com/2014/10/fnc-2014-entrevue-avec-noel-mitrani-le.html

Le Militaire: Une oeuvre poignante et radicale sur la solitude

Noël Mitrani (Sur la trace d’Igor Rizzi) livre avec Le militaire, dans un Montréal automnal, une oeuvre poignante et radicale sur la solitude urbaine avec son acteur d’élection Laurent Lucas. Rôle de maturité pour l’interprète français adopté au Québec, puissant et concentré dans la peau d’un militaire retraité, boiteux, ivre d’esseulement, fétichiste, voyeur. Ses petits rituels du matin, ses approches de moins en moins furtives auprès de jeunes femmes dont il veut capturer l’essence pour s’en repaître chez lui, nous entraînent dans un univers virtuel douloureux : pur miroir de nos sociétés d’exclusion.

14 octobre 2014 |Odile Tremblay| Le Devoir
http://www.ledevoir.com/culture/cinema/420992/a-surveiller-au-festival-national-du-nouveau-cinema

lundi 13 octobre 2014

Le Militaire en VOD sur illico

http://illicoweb.videotron.com/films/343674/Militaire-Le

Le Militaire – Obsession

Présenté au FNC le 15 octobre à 19 h et le 18 octobre à 15 h 20, le troisième long métrage de Noël Mitrani (The Kate Logan Affair [2011] et Sur les traces d’Igor Rizzi [2007]), Le Militaire, porte sur la solitude et l’enfermement. Tourné à l’automne 2012 à Montréal, la maison de Laurent Lucas devient celle de son personnage Bertrand. L’acteur connaît ainsi intimement les lieux du tournage. Fait intéressant : près de 90 % des scènes ont été tournées en seule prise, ce qui n’est pas rien, et cela, sans répétition.
Suivant une diète stricte, surveillant scrupuleusement son taux de glycémie et sa tension artérielle, toujours vêtu d’une chemise blanche repassée avec soin, Bertrand se plie à une disciple ferme. Il tient un compte précis de ses activités à l’aide d’un magnétophone qu’il trimbale partout. Il ne sort que peu sauf pour photographier les jeunes femmes qu’il croise. Un jour,  il demande à une femme, dont il apprendra par la suite qu’elle se prénomme Audrey (Noémie Godin-Vigneau), de lui acheter son manteau contre 500 $. Obsédé par le corps féminin, il est incapable d’établir de relation avec une femme dans le monde réel.
Le film aborde les difficultés que rencontre Bertrand, un ancien militaire, de prendre part à nouveau à la société. Visiblement marqué par les conflits armés, il fait des cauchemars, revit parfois les combats (on pense notamment à la scène d’ouverture) et souffre à une jambe, ce qui le force à utiliser une canne. Sa canne qui lui servira d’ailleurs de fusil dans ses conflits imaginaires. Comme le confiait le réalisateur en entrevue à la revue Séquences en mai dernier : « Le principe de base était de travailler sur un individu solitaire aux prises avec des traumatismes qui l’empêcheraient de faire face à la réalité, et plus particulièrement dans ses rapports avec les femmes. Ce qui est intéressant dans le personnage de Bertrand, c’est que sa rigueur morale, assimilée pendant son service à l’armée, contraste avec sa vie privée, plutôt à la dérive. » Le militaire transcrit des passages de la Bible, sans pour autant en suivre tous les commandements.
Filmé caméra à l’épaule, on sent parfois l’agitation du personnage par le mouvement même de la caméra plus marqué. Bertrand est omniprésent, il est dans presque tous les plans, au centre d’un univers que l’on sent fragile, sur le point d’éclater au moindre soubresaut. Mitrani utilise beaucoup les gros plans pour capter les émotions du protagoniste. Il nous le montre accomplissant les gestes du quotidien : peigne sa barbe, lave ses ongles, fait ses injections d’insuline, etc. Bien que ce dernier fait ne soit pas un défaut, le film tourne un peu à vide par moments. Et la fin, bien que positive pour Bernard, ne me paraît pas réaliste, du moins, elle ne devrait pas être sans conséquences pour sa santé physique.
Le Militaire témoigne de la vulnérabilité de l’homme, qui cherche à se raccrocher à de petits choses pour ne pas sombrer.

- Annie Tanguay • 13 octobre 2014 •
 http://lepetitseptieme.ca/2014/10/13/militaire-obsession/

vendredi 10 octobre 2014

Entretien avec Noël Mitrani CIBL 101,5

Daniel Racine reçoit le cinéaste Noël Mitrani à propos de son film Le Militaire, dans lequel joue Laurent Lucas.
Émission de radio diffusée le 9 octobre 2014 à 18h.
Cinéfix CIBL 101,5 Montréal
https://www.youtube.com/watch?v=n1GD01w_22U&feature=youtu.be